Tag Archives: le bricolage caylemal

Les livraisons de l’enfer…

24 Nov

Petit ours,

Vois-tu chez les Rosbifs, j’habite avec de la communauté composée de 2 gentlemen… erm juste 2 Rosbifs de base. Gentlemen, c’est autre chose. Et j’habite pas dans la rue, t’auras remarqué (même si après 4 jours en festival, je ressemble plus à une souillon à qui on donnerait des sous pour se laver), j’habite dans un appart de la mort qui tue qui me fait des papillons dans le ventre chaque fois que je le vois. Et j’aime mes colocs (ça fait que 6 mois qu’on se connaît hein) aussi faut que tu saches.

Donc ouais, dans cet appart que même ta mère en rougirait tellement ça sent le beau, il me faut des meubles, du moins dans la partie de ma chambre, le salon et le reste, c’est pas à moi et mon coloc-proprio le fait très bien. Dans ma chambre quand j’ai emménagé, y avait un lit (beau), deux armoires (ouais chu une fille comme tu le sais bien, j’ai besoin de place pour mettre mes garde-robes), un faux demi-bureau (truc qui sert à rien) et une petite table de salon pas très jolie. Bien fourni tu vois mais pas assez quand même.

Alors y a quelques mois, j’ai décidé de “level up” ma compétence de décoration chambrale (jeu vidéo quand tu nous tiens), j’ai décidé d’acheter deux tables de chevets (une pour chaque côté du lit, oui je suis un peu psycho-rigide parfois), non assorties aux armoires (sinon c’est pas marrant). Ça c’était quand j’ai décidé que ma lampe de chevet trop-géniale-que-tu-touches-3-fois-pour-qu’elle-fasse-de-la-lumière-et-que-j’adore (que j’avais acheté un peu avant), ça serait bien qu’elle arrête de jouer à “je tombe – je tombe pas” en équilibre sur sa boite d’origine en carton de 15 cm.

Parce que tu vois mon lit il est pas super haut mais si tu te rappelles aussi, je fais pas partie de ces gens dotés d’une taille de jambes à en faire tomber James Franco … donc, tu te doutes bien que j’ai pas des bras de 12 km non plus… et que je suis une grosse fainéante… donc me fallait une table de chevet pour mettre la lampe de chevet (sic!) et éviter ainsi de me faire une entorse du coude à chaque fois que j’éteins la lumière.

Ça, c'est la lampe

Et ça c'est James Franco (mouille pas trop ta culotte veux-tu)

Après longue réflexion sur le style de la table de chevet que je voulais, j’ai trouvé mon bonheur sur un des seuls sites d’ameublement des Rosbifs. Après deux semaines de prise de décision intensive (je suis un peu lente parfois), j’ai commandé mes tables de chevets pour un prix assez raisonnable. J’ai aussi demandé à me faire livrer chez moi vu que le magasin est un peu loin.  Même si j’ai peur de rien et que je fais mes courses toute seule et qu’après je les porte fièrement (sur les 10 premiers mètres hein, après je souffre en silence et je suis toute rouge). Courageuse mais pas toujours téméraire hein.

Bref, j’ai pas des bras qui peuvent soulever un enfant de plus de 8 ans. Livraison demandée. Le choix du jour est l’étape suivante. Étant donné que j’habite devant mon bureau, je pourrais me faire livrer là-bas directement. Mais, ma fainéantise me convainc de ne pas porter mes deux tables de chevet de plus de 9 kg chacune toute seule. Donc livraison à la maison. Problème : impossible de choisir l’heure de la livraison. Je travaille toute la journée et surtout pendant les heures de livraison.

Ok, solution = livraison le samedi. Seule et unique possibilité si je veux avoir mes tables de chevet avant de mourir de vieillesse. Livraison le samedi = livraison sur demi-journée. Parfait ! Ce sera matin donc. En tout petit, y a écrit, entre 7h du matin et 15h. Boh, en temps normal, le mec devrait pas se pointer avant 11h. Il est certainement sympa et se doute que je suis sûrement sortie la veille et que donc, ça serait très très méchant de venir me réveiller à 7h du mat’. Ou pas.

Et, en effet, j’ai reçu mes tables de chevet à 7h30 du matin. Gueule de bois et nuisette de mamie sur le dos (non je ne porte pas de nuisette de mamie, je protège ton imagination)… pas sûr que la vision ait plu au livreur. Ni bonjour, ni merde, ni mange, ni au revoir. Il est viendu, m’a tendu son truc à signer et m’a laissé mes deux cartons devant les pieds. A 7h30 du matin. Bah dis-toi qu’elles ont attendu les tables de chevet. Je suis retournée dormir.

Un truc dans le genre...

Une fois levée, motivée, oeil vif et tournevis en main (ne pense pas à des choses salaces hein, tu seras mignon), j’ai entrepris de monter les tables de chevet. Peur de rien je t’ai dit.

Oeil vif et motivation !

Déballage des cartons (après avoir passé l’aspirateur bien sûr, logique quand tu nous tiens). Regardage du contenu, (tiens, c’est pas très gros quand même une table de chevet toute démontée). Analysage de la feuille de montage et des vis (un peu compliqué dis donc, IKEA au moins fait des trucs simple, mais bref, peur de rien). Asseyage, (ouais j’ai pas commencé que je suis déjà fatiguée par l’effort psychologique de la lecture de la feuille de montage). Re-analysage. Déprimage pendant 10 secondes, (mais pourquoi j’ai décidé de monter ça toute seule…). Finalement, montage, (que) même que c’était pas si compliqué que ça ! Et deux d’un coup en plus ! Un tournevis à la main et je fais des merveilles, je te dis. T’imagines même pas.

Ça, tu vois, x 2 (je ne te permets pas de juger la complexité de la chose)

Mais ce n’est pas tout !

Après l’épisode des tables de chevets, je me suis sentie pousser des ailes et j’ai ainsi décidé d’acheter la commode assortie. Ce jour-là, j’aurais mieux fait de me jeter du haut de mon lit en me bouchant le nez. J’ai commandé la commode. Et bien sûr j’ai demandé la livraison le samedi. Tout pareil que la dernière fois.

A un détail près, j’ai jamais été livrée de tout le samedi…

Même avant 7h du mat’ et même après 15h de l’après-midi. Et même quand je les ai appelé à 16h30, ils m’ont dit qu’ils étaient en retard. En retard jusqu’à 17h parce qu’en fait :

Retranscription de l’appel (qui, au passage, m’a coûté un bras vu qu’ils m’ont bouffé ma limite de crédit du téléphone) :

Moi : Dites, euh pourquoi que votre livreur il est toujours pas venu me livrer ma super commode ?

La Dame Qui Sert À Rien : Ma petite dame, le livreur, il a fini de travailler hein. Il finit juste avant 17h.

Moi : Mais euh, comment ça se fait qu’il est pas venu ?

LDQSAR : Ah bah c’est qu’il a pas trouvé votre adresse.

Moi : Humm woké, mais euh, votre livreur, il a pas un GPS ?

LDQSAR : Ah non ma p’tite dame, nos livreurs ils ont pas de GPS, ils connaissent les quartiers de votre ville.

Moi : Ouais, bé donc dis-moi (on devenait intimes là) comment il a pas trouvé MON adresse ? Sachant que l’autre la dernière fois il l’a bien trouvée mon adresse… Et puis d’abord s’il trouve pas, pourquoi qu’il m’appelle pas pour me demander hein ?

LDQSAR : Ah bé non ma p’tite dame, nos livreurs, ils ont pas de téléphone, c’est interdit par la loi (véridique).

Moi : Bon, ils servent donc à rien. Vous me livrez quand donc ?

LDQSAR : Lundi, ça vous va ?

Moi : Oui mais lundi je travaille donc vous me livrez à mon bureau.

(elle a pris un truc genre 10 min pour comprendre l’adresse de mon bureau)

LDQSAR : Oui, oui pas de problème, vous serez livrée lundi à votre bureau.

Ok, fin de la conversation, ma commode est donc livrée lundi. Pas d’heure précise bien sûr. Ils viennent bien de me bouffer mon samedi entier mais je serais livrée lundi. L’espoir fait vivre. Lundi, 18h, je finis de bosser, toujours pas de livraison. Je rappelle, on me dit qu’il y eu un problème et qu’ils n’ont pas pu me livrer. Par contre, pour sûr, je serais livrée le lendemain. Mardi donc. L’espoir fait vivre je te dis. Mardi, comme tu imagines, j’ai PAS été livrée. Donc mardi, 18h, j’ai rappelé. Je me suis un peu énervée. Et j’ai demandé le numéro de la boite de livraison. Que j’ai appelé juste après. Et qui m’a dit que non mon adresse avait pas été changée et que non, ma commode n’avait toujours pas été livrée (ça j’étais au courant hein). J’ai demandé à changer l’adresse. On m’a dit que c’était pas possible. J’ai crié un peu beaucoup. Ça n’a rien changé. J’ai rappelé le vendeur de meubles pour re-changer l’adresse. Il l’a fait. Livraison assurée mercredi donc. Mais non. Rien mercredi ! J’ai pas rappelé, j’en avais marre. Jeudi, ils ont pas livré. J’ai rappelé et annulé ma commande. Remboursée dans les 30 minutes. Sachant que je les ai légèrement insultés de façon persistante. Et qu’à la fin, j’ai quand même eu la question fatidique : Donc vous voulez pas qu’on vous livre vendredi alors ? Euh Joker ?

Je comprends pourquoi il a pas trouvé mon adresse...

Ben ma commode, j’ai fini par aller l’acheter directement et me faire ramener chez moi en taxi (oui parce que ça c’était 29 kg hein) pour le même prix que la livraison spéciale le samedi. Et je l’ai montée toute seule comme une grande ! Ça t’étonnes ? Ne me sous-estime pas, rappelle-toi je suis une guerrière…

Tu crois qu’il faudrait que je me lance dans l’aventure d’acheter les armoires qui vont avec ? Histoire que tout soit assorti…